Massaker

Publié le par 67-ciné.gi-2006

AVANT-PREMIÈRE
en salle à partir du mercredi 8 mars 2006 au cinéma Odyssée

Marie-Michèle Cattelain (productrice), Lokman Slim (réalisateur),
Monika Borgmann (réalisatrice) et Faruk Günaltay (directeur du cinéma Odyssée)
à l'avant-première de "Massaker" au cinéma Odyssée

documentaire cru à voir de toute urgence...

les réalisateurs enregistrent les témoignages de six bourreaux (miliciens des forces libanaises) ayant activement participés aux liquidations de milliers de civils palestiniens des camps de sabra et chatila du 16 au 18 septembre 1982, carnage consécutif de l'assassinat du président Béchir Gemayel...
la très grande vertu de ce film est de montrer, que contrairement à une certaine idée exprimée dans le débat qui a suivi la projection de ce film, à savoir que tout être humain aurait “un potentiel de bourreau”, en fait c'est le parcours par palier progressif dans l'ascension de la violence de ces six personnes, qui les ont transformés en bourreaux, jeunes sans travail, image pour certains d'un père “fort” vénérant les armes à feu, ou personne ayant des problèmes d'équilibre psychologique à tendance sadique, dans un pays perpétuellement en guerre, impliquant toutes sortes de trafics et de délinquances de gang, ...

Lokman Slim et Monika Borgmann (réalisatrice) les réalisateurs
à l'avant-première de "Massaker" au cinéma Odyssée

et où ces jeunes voyous maffieux, structurés déjà en bande, aguerris aux commandos crapuleux, vont être enrôlés et basculés dans la milice, fascinés par cette “nouvelle famille”, leurs techniques paramilitaires de solidarité entre miliciens d'une même unité, leurs conditionnements, leurs entraînements poussés aux extrêmes, ce qui fait d'eux de parfaits “petits soldats obéissants” qui, une fois l'ordre donné, méthodiquement tuent, dont l'acte répétitif est banalisé, sans état d'âme, galvanisés par la cohésion du groupe...
ce film est assez dur à voir, par le grand malaise qu'il suggère, voir une certaine nausée de leurs fascinations malsaines de tueries sans aucune expression de culpabilité, de remords ou du moindre début de demande de pardon envers toutes ces victimes innocentes sauvagement massacrées...
je vous conseille vivement de voir ce film qui fait froid dans le dos et pousse à de multiples questionnements de tous ordres...

Lokman Slim, Monika Borgmann et Faruk Günaltay
à l'avant-première de "Massaker" au cinéma Odyssée


photos 67-ciné.gi © 2006, tous droits réservés

remerciements à l'équipe de l'

photos réalisées avec un FinePix F810 de

Publié dans AVIS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article