• L'iceberg

Publié le par 67-ciné.gi-2006













L’iceberg comédie de Dominique Abel, Fiora Gordon et Bruno Romy

avec :
Lucy Tulugarjuk, Fiona Gordon, Dominique Abel, Philippe Martz, Ophélie Rousseau, Robin Goupil, Leen Dervaux, Thérèse Fichet, Georges Jore, Louis Lecouvreur, Bruno Romy, Lola Hélie et Justine Fernandez

durée : 1h24
sortie le 5 avril 2006

***

Synopsis
Fiona est manager de fast-food dans une grise banlieue. Elle habite un petit pavillon banal avec son mari, Julien, et ses deux enfants.
Tout va désespérément bien pour elle. Jusqu’au jour où elle se retrouve enfermée toute une nuit dans la chambre froide du fast-food. Ce choc va faire naître chez Fiona un irrésistible désir de glace, de neige…
Un beau matin, elle quitte mari, enfants et travail. Elle veut voir un iceberg pour de vrai. Dans un hilarant « sea-movie », elle mettra le cap vers le grand Nord, accompagnée d’un vaillant marin sourd et muet…


***

Carnet de bord
« … 14 août 2003, nous sommes dans le studio de répétitions (chez nous à Bruxelles). Fiona fait semblant de nager sur le plancher pendant que Philippe vogue à la barre de son voilier. Il est assis dans une boîte en carton, il barre avec un balai et fait "bout bout bout…".
Nos répétitions ont toujours quelque chose de ridicule. De quoi faire rêver tous les gosses du monde, à part qu’aujourd’hui, ça fait pas loin de 14 heures qu’on improvise avec le plus grand sérieux.

15 août 2004, ça fait 4 ans qu’on travaille sur L’iceberg et nous avons enfin bouclé l’écriture et le financement qui nous permet de dire go.

29 août, la veille du premier jour du tournage. On n’en croit pas nos yeux. C’est parti. C’est un peu comme partir en fusée pour construire une maison sur la lune. Si on a oublié la boîte à clous ou la clé de 13, c’est foutu.


30 août, jour 1, tout va bien. En fin de journée, on fait des essais : le Titanique en pleine mer, filmé de la plage dans la pénombre. On n’aura plus jamais une météo aussi clémente. Les essais finiront dans le film. 1 semaine plus tard, la mini-dv qui filmait le making-of tombe dans l’eau avec le tricot de Claire, la costumière. On réussit à sauver le tricot.
Encore 1 semaine plus tard, on fait un crash avec le Titanique mais il ne coule pas. Luc, gardien de nuit et réparateur de bateaux à l’occasion, bouche le trou.
4 semaines plus tard, après 6 semaines en Normandie l’équipe est sur les genoux. Les plans en mer ou à proximité des vagues consomment beaucoup d’énergie. La mer impose une certaine humilité que les pécheurs du coin connaissent bien.
Nous avons beaucoup appris : que la mer monte et descend de 6 mètres deux fois par jour et que si on filme un bateau à quai, il est possible que trois heures plus tard il soit 3 mètres plus bas.
Les courants marins sont forts et il n’est pas toujours possible de rester face à la caméra. On a bu beaucoup de tasses, et crevé de froid (l’eau était rarement au-dessus de 16 degrés). Toute l’équipe y a goûté. Mais qu’est-ce que c’était beau ! Le ciel normand est incroyablement mouvant.

9 octobre, 2 semaines en Belgique dont une bonne partie à Bruxelles.
Alors que tout devrait être plus simple, tout est compliqué dans une grande ville. On avait perdu l’habitude des embouteillages et de devoir sortir un plan pour aller à un rendez-vous.

15 octobre, retour à la mer, la Panne cette fois et son vaste ciel flamand. C’est ici qu’on apprend comment diriger les mouettes. Les abats de poisson et les gaufres marchent bien avec elles pendant les répétitions, tellement bien que, le moment de la prise venu, elles n’ont plus faim et nous laissent tomber.

21 octobre, fin du tournage. 12 heures par jour pendant 45 jours c’est trop. On ne pourra jamais assez remercier notre équipe pour tout ce qu’ils ont fait pour ce film.

6 décembre, on entame le montage avec Sandrine Deegen. Les images (c’est Sébastien Koeppel le chef op) sont belles. Est-ce que ça fera un film ? On commence à découvrir les problèmes mais, à ce stade il y a beaucoup de solutions à exploiter, c’est agréable.

21 janvier, en s’éloignant du tournage, les regrets pour les scènes ratées s’estompent. On se donne 2 jours de re-takes pour inventer les quelques plans qui alimenteront la nouvelle histoire : celle qui naît du montage. 15 juillet, plus que quelques détails à régler…

On vous racontera la suite de vive voix.
»


***

Fiche technique
Scénario et réalisation : Dominique Abel, Fiona Gordon et Bruno Romy
Assistant réalisation : Julien Sigalas
Script : Jo Nijns
Image : Sébastien Koeppel
Assistante caméra : Virginie Gourmel
Son : Fred Meert
Christian Monheim
Décors : Laura Couderc
Costumes : Claire Dubien
Maquillage : Nathalie De Hen
Montage image : Sandrine Deegen
Montage son : Fred Meert
Christian Monheim
Mixage : Philippe Baudhuin
Bruitage : Philippe Van Leer
Musique : Jacques Luley
Chant : Kôl Bujont
Direction musicale : Isaac Azoulay
Coproducteur Rtbf : Arlette Zylberberg
Assistante de production Rtbf : Frédérique Larmagnac
Line producer : Marina Festré
Direction de production : Françoise Hoste
Coproducteur Fag : André Guéret
Producteurs délégués : Dominique Abel
Fiona Gordon
Une coproduction : Courage mon Amour Films, Rtbf, Fag prod
avec l’aide : du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Communauté française de Belgique et des télédistributeurs wallons, du Vlaams Audiovisueel Fonds
et le soutien de la région de Basse-Normandie, le département du Calvados, le département de la Manche, BeTV, la Loterie Nationale, la Commune d’Anderlecht, Zeo.


***

présentation réalisée avec l’aimable autorisation de

remerciements à Thierry Dubourg
logos, textes & photos © www.mk2images.com

Publié dans PRÉSENTATIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article